BIENVENUE

Mon métier, c'était l'imprimerie.
Ma passion, c'est la typographie.

Ce blog sera fait de commentaires sur mes visites sur certains blogs traitant de l'impression des timbres-poste.

mercredi 5 septembre 2012

LES RACCORDS


L’impression sur raccord n’existe véritablement que depuis l’utilisation des rotatives.

Dans cet extrait d’un ouvrage de Louis Barrier, Essai sur les Semeuses, il est fait mention de 3 sortes de raccords :

Il faut savoir que sur la machine à fabriquer le papier, il peut se produire toutes sortes d’incidents qui peuvent nécessiter des raccords avant l’enroulement de la bande de papier sur une bobine.

Ces bobines de la largeur de la machine de production sont reprises pour le gommage et leur conditionnement en bobines à la largeur voulue par le client. Pour cela, après la dépose de la gomme en grande laize, il faut les recouper, les "refendre", avant leur enroulement. Cela ne tombe pas toujours juste et à certains moments, il faut bien joindre deux longueurs pour que la bobine ne soit pas trop petite. L’Imprimerie des Timbres-Poste demandait dans le cahier des charges qu’il n’y ait pas plus d’un certain nombre de collages par bobine, pour éviter les casses de papier qui se produisent souvent à l’emplacement des collages et éviter ainsi des feuilles fautées trop importantes.

Les collages lors de la fabrication du papier sont pratiquement tous éliminés lors du gommage. Il en reste très peu et ils sont peu visibles. On peut les considérer comme un défaut du papier.

(Scan de Semeuse22)


On peut le supposer pour cet exemple, le bord présente une sorte de bourrelet que l’on ne trouve pas avec un raccord après gommage, avec un bord déchiré, aminci et bien collé, comme pour les exemples suivants :




Les raccords après le gommage ont été droits pendant longtemps, surtout pour l’impression typographique, avec un bord déchiré. Pour la taille-douce, la TD6, ils sont généralement en biais, pour faciliter leur passage lors de l’impression et surtout lors du perforage. Ils sont renforcés par une bande adhésive, kraft gommé ou bande plastique colorée le plus souvent en rouge, et marqués à leur emplacement avec un crayon de couleur pour être plus facilement repérés.


(Extrait du site La Marianne de Cheffer)


La casse de la bande se produit souvent au perforage, provoquant de nombreuses feuilles fautées qui sont alors éliminées à la vérification. Un collage dans une feuille doit également être éliminé, mais peut évidemment ne pas être vu et se retrouver dans un bureau de poste. 

Les collages étaient quelques fois signalés par une bande de papier, la "sonnette" dépassant sur le côté de la bobine à leur emplacement. Cette petite bande peut se retrouver au pied du dérouleur ou rester et être imprimée et soit rester collée ou laisser un blanc à cet endroit.


Il ne faut surtout pas les confondre, pour les tirages en feuilles sur les presses à cylindre avec ces blancs provenant, non pas d’une sonnette mais d’une bande de papier placée sur le bord dans le paquet de feuilles pour séparer les centaines, et tombant dans la presse sous le cylindre.



Quant aux collages réalisés sur la rotative d’impression, lors de casse du papier ou du changement de bobine, ils sont beaucoup plus grossiers et sont éliminés en raison du nombre important de feuilles fautées et il est peu probable d’en trouver. A part ceux réalisés sur la rotative RGR1 qui était équipée d’un dispositif automatique de changement de bobine, avec un collage avec une bande d'adhésif double face, enfin ceux qui passaient sans encombre et n’était pas vus et éliminés.

Donc, il y a bien trois sortes de raccords, mais peu de chance de trouver la première et surtout la troisième.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire